Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

08/06/2016

La bien-pensance du matin.

Au détour d'une conversation avec une gentille-collègue sur le fait que les gens racistes/xénophobes soient totalement décomplexés sur les réseaux sociaux; une collègue-con s'incruste.


"Nan mais moi je dois avouer que je suis quand même choquée par les sommes faramineuses investies pour les migrants quand même"

 


Heu.... ?? Les sommes "faramineuses"???

Il est où l’argent ? Ils sont où les investissements ? Parce que concrètement, la seule dépense qu'on observe sur le terrain c'est le nombre d'hommes en uniforme qui a décuplé.

A part ça, c'est toujours les même camps moisis, les même tentes, la même galère, la même misère.

 
Elle réponds quoi à ça ?

"Bein ouais mais pourquoi y'a des places de foyers réservées aux migrants? C'est pas normal de retirer des places aux SDF, alors qu'ici y'a des gens qui veulent s'en sortir."

 
Humm, il faut savoir que si les gens migrent et se retrouvent ici c'est en grande partie parce que eux aussi veulent s'en sortir; VICERALEMNT et à N 'IMPORTE QUEL PRIX.

En plus de ça, tu ne peux pas comparer les SDF aux migrants parce que:

1-les populations sont différents dans leurs problématiques, leur trajectoires, leurs identités

2-l'aide à apporter n'est pas la même

3-les besoins ne sont pas les même

4-l’enjeu politique n'est pas le même

 


"Bein oui mais pourquoi on ne leur construit pas d'autres structures comme ça on prive pas les SDF?"

 


Pour les mêmes raisons politiques qui font qu'ont fait croire aux gens que les migrants sont chouchoutés et les sdf français (oui parce que dans le fond c'est le fait que les sdf soient bien-de-chez-nous qui importe) sont délaissés.

 


Bref, ça fait pas 1h00 que je suis arrivée au travail et je suis en train de tenter de faire de l'éducation au développement...

(Aaaah... comme les années d'études dans l’humanitaire me manquent... Où sont passées ses grandes conversations que j'avais avec mes amis altermondialistes, militants, passionnés, engagés.... )

 


...Peine perdue...


...Le téléphone sonne...

 
...Je retourne à mes dossiers...

10/10/2010

Et Edith dans tout ça?

La vie suit son cours... Plus ou moins.

La semaine dernière, j'ai découvert un S.D.F qui dormait dans le hall d'entrée de mon immeuble... Que faire? Que dire? Super l'agent de développement: j'ai tracé ma route pour aller en cours... En même temps, un jour j'ai appelé le 115 et le gentil monsieur m'a expliqué qu'en dehors de la période hivernale, aucun véhicule de maraude n'est disponible... J'ai aussi une amie qui bosse pour le samu social, et elle m'a expliqué qu'il y a TRES peu de places en hébergement d'urgence... Du coup, avec la meilleure volonté du monde, je crois que la meilleure solution était de laisser le monsieur finir sa nuit au sec...

 

Bref.

 

Je me rends compte de l'ingratitude de certaines personnes... Comme quoi, pour certains, l'amitié n'est rien de plus qu'une relation basée sur les intérets personnels... Il faut croire que c'était plus sympa d'avoir une bonne copine qui vivait au Maroc, qui pouvait te raconter des anecdotes quand elle revenait et qui permettait d'avoir une nouvelle tête dans le paysage de temps en temps... Et en plus quand c'est une bonne poire... Ba c'est tout bénéf'... Sauf que manque de bol, je suis du genre à n'avoir aucun scrupule de rayer quelqu'un de ma vie si c'est justifié... Et là, ba ça l'est!

Tu sais, je pense que, même si ça peut parfois être dur, il faut savoir rester honnête et toujours agir celon ses convictions. Alors je ne regrette pas tout ce que j'ai fait et dit, même si au final, je me suis fait entubée!

 

Sinon, on attends encore que tous les Romes soient mis à la porte pour que l'O.F.I.I se penche enfin sur le dossier de mon mari... Qui d'ailleurs, en payant 300 euros pour son visa, finance l'argent de poche d'un Rome expulsé.

Que veux-tu: on fait dans le social jusqu'au bout, ou on n'est pas un agent de développement qui se respecte.

 

 

Et comme je ne fais définitivement rien comme les jeunes de mon âge, me voici replongée dans ma période Piaf.