Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

17/11/2009

Carte de séjour marocaine.

Cette note concerne uniquement les FEMMES MARÉES à un MAROCAIN.

En effet, les hommes et les célibataires doivent fournir d’autres documents.

 

Voici donc la liste des documents à fournir au commissariat afin d’obtenir une carte de séjour :

- l’acte de mariage adoulaire

- la photocopie du passeport (page de la photo ET de la dernière entrée au Maroc)

- une attestation de prise en charge*

- la carte nationale du conjoint marocain

- le contrat de bail

- une attestation de travail du mari

- 6 phots d’identités

- Un timbre fiscal de 200 dirhams

Vous présenterez 2 jeux de photocopies préalablement LÉGALISÉES ainsi qu’un jeu d’originaux.


* L’Attestation de Prise en Charge :

Mesdames, sachez que votre condition de femelles implique qu’au Maroc, vous ne pouvez subvenir à vos besoins autrement qu’en étant prises en charge par votre cher époux. Si si ! Ne cherchez as : même si vous êtes payées à 2000 dirhams par mois, vous restez un être fragile et faible, qui nécessite l’assistance d’un homme, en l’occurrence celui qui vous a achetées au moment de votre mariage (ba oué, on te donne en mariage monnayant une dote : tu croyais quoi ?). ((Perso, je vaux 3000 dirhams, soit 300 euros… No comment))

Ainsi, ce dernier devra rédiger un document attestant qu’il vous prend en charge et subvient à vos besoins…

Je sais, ça fait mal, mais bon, ce sont les règles du jeu…


Dix jours après avoir déposé votre dossier, vous pourrez aller chercher le récépicé. Ensuite, il me semble qu’un mois plus tard la carte est disponible.


Sachez que vous avez besoin de ce document pour bon nombre de démarches comme : ouvrir un compte bancaire, être immatriculé au Consulat, etc…

01/10/2009

« Va chercher bonheur !! »

 

Je vous l’avez dit que c’était reparti pour un tour mon histoire passionnée avec l’administration marocaine…

 

Je me présente ce matin au commissariat avec mes papiers tous bien préparés pour ma carte de séjour. Même que j’avais imprimée la belle liste du site du Ministère…

Ba ça n’a pas manqué : il manque plus de la moitié des documents nécessaires…

Et attends, pas que des photocopies hein, ce serait trop facile…

Nan, faut juste aller faire légaliser TOUS les papiers !

 

Et vous savez pas la meilleure ? Ba quand tu n’es qu’une pauvre femme mariée à un cher monsieur Marocain, tu dois fournir une attestation de prise en charge par ton cher époux…

 

Chères amies féministes (ou juste indépendantes) ne faites pas cette connerie de vouloir vous établir au Maroc.

 

 

Putain qu’est-ce qu’on ferait pas par Amûûr…

30/09/2009

Confidences pour confidences…

Tant pis pour ceux qui ne se donnent même pas la pine de consulter mon blogue, et tant mieux pour ceux qui me lisent : les loulous je vais vous dévoiler certaines choses sur ma vie actuelle…

- J’me fais CHIER, mais à un point ! Je crois que je dois être la personne qui se fait le plus chier au monde ! Sans déc’ ! Tu croyais que c’était trop glamour d’habiter à Casablanca ? Et que vivre au Maroc c’était l’aventure ? Ba NON !! Pour ma part ça a été prises de tête, chômage, foutage de gueule et privation de liberté. (Mais j’écrirai pas d’article en détail là-dessus parce que j’ai pas envie d’avoir tous pleins de commentaires désobligeants).

- J’ai trouvé une formation à Lille… Alors peut-être bien que je referais ma valise l’année prochaine, histoire de revenir de l’autre coté de la Méditerranée. Une formation en quoi, ba à ton avis ? Travail social bien sùr ! Vas voir et dis-moi ce que t'en penses.

- En attendant l’an prochain, me voilà de nouveau jetée corps et âme dans l’aventure administrative franco-marocaine : carte de séjour, carte consulaire, sécurité sociale, j’en passe et des meilleures…

- Tu te rends compte, même mon couscous de lundi soir n’a pas pu me consoler de cet horrible déchirement d’avec les frites de chez René…

Tu te souviens quand je te disais que j’étais du genre à me plaindre ? Ba t’inquiète pas, j’ai de la ressource.