Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

08/04/2013

Je suis née.

Il y a à peu près une dizaine de jours.

Bein oui c'était mon anniversaire quoi.

J'aime pas trop les anniversaires... Enfin les miens. Pourquoi? Simplement parce que je crois que j'y vois plus une année qui m'échappe qu'une nouvelle année qui s'offre à moi. C'est aussi ce que je ressens à Noël...

Ma santé mentale se porte bien, mais je sais pas pourquoi, j'ai toujours ressenti ça comme ça.

Pour moi, c'est plus une occasion pour ouvrir une bouteille et manger un gros gâteau avec ma famille.

En revanche, j'ai réalisé qu'autour de moi, certaines de mes amies vivaient très mal le dépassement du cap du quart de siècle. Y'a celles qui sont en flippe parce qu'elle se voyaient déja à 26 piges avec un homme, une maison et un BB; et puis il y a celles qui sont complètement barrées et qui pleurnichent en pensant à l'époque du lyçée qu'elles regrettent tant.

Donc au final, c'est peut-être pas moi la pire hein.

 

Et sinon tu sais quoi? J'ai décidé que j'allais partir à Grenade avec Monsieur-mon-Mari.

Rien qu'une semaine, histoire de pas avoir à vider nos comptes, et surtout histoire de bien nous en mettre pleins les yeux et pleins la pence.

 

alhambra_2302_narrowweb__300x433,0.jpg

T'inquiète, je te raconterai tout!

09/01/2010

La Femme et le Pantin.

la femme et le pantin.jpgUn roman de Pierre Louÿs que je ne connaissais pas il y a peu, et qui pourtant a pour réputation d’être ce qu’on appelle « un classique ». L’histoire ? Cela se passe au XIXe siècle, en Espagne. Un Français en quête d’aventures amoureuses se perds dans les rues de Séville, en plein carnaval. Désespéré de ne trouver la perle rare, il tombe alors sur une créature délicieuse et mystérieuse du nom de Concepcion Perez… C’est le coup de foudre, il ne pense qu’à la rejoindre. Il rencontre alors un de ses anciens amis Espagnols qui perds tous ses moyens lorsqu’il entends le nom de Concha (c’est le petit nom pour Conchita, soit Concepcion).

L’Espagnol, Don Mateo raconte alors à son ami Français le calvaire que la belle lui a fait subir, afin de mettre en garde le jeune amoureux.

 

Vous l’aurez compris, il s’agit de l’histoire d’une femme diabolique (même carrément sado-mazo, oui oui) qui va en faire voir de toutes les couleurs à un pauvre type qui a pour unique malheur d’être riche et fou d’elle.

 

L’histoire est sympa, la lecture se fait facilement. D’autant plus que j’aime beaucoup cette époque, et les discours pleins de belles phrases, de passé simple et de passé antérieur… Ba oui que veux-tu le « beau-parlé » ça me plaît !

 

Et puis d’un point de vue purement matériel, ce que j’aime par-dessus tout c’est l’odeur de ce livre… L’odeur si particulière des vielles pages jaunies par le temps… Donc si tu veux lire ce roman, essaie de le trouver dans une vieille bibliothèque plutôt que de l’acheter tout neuf : ça donne une dimension encore plus agréable à la lecture.