Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

21/08/2012

J'ai boudé.

Oui je t'ai boudé mon blog... Tellement aspirée par l'engrenage du glandage de mon quotidien. J'en suis arrivée à un point ou faire le ménage me demande un effor surhumain, ou passer 1 coup de fil et postuler à 3 annonces s'avère un accomplissement (surhumain lui aussi).

J'aurais pu venir te parler de temps en temps de mon ras-le-bol du chômage, du fait que je me sente complètement dsésemparée/desespérée et que j'en suis arrivée à un point où je ne sais plus où chercher,à quelle porte frapper, quelle stratégie adopter... Mais je trouve que toutes ces jérémiades n'auraient pas vraiment été porteuses d'ondes positives en cet été torride...

Nan mais jte jure, je suis partie une semaine à Barcelone, et même ça ça m'a blasée...

Sinon, tu sais ce qu'il y a de pire qu'une nana au chîomage? Bein c'est un couple au chômage...

24/07/2012

Stats en vrac.

Je lis souvent des articles où les blogueurs s’amusent à voir depuis quelles recherches Google les lecteurs débarquent sur leur blog. Pour ma part, cette manipulation est un poil un peu trop complexe pour mon cerveau vinatge, du coup, je me contente de regarder ça via les stats Hautetfort. Voilà ce que ça à donné pour ce mois-ci :

filles : Faut croire que ce que je raconte concerne plus de monde que ma simple « petite » personne. Mais ça c’est un truc d’ado dont je n’arrive pas à me débarrasser, ce sentiment d’être un pu « seule au monde », la seule à me poser tout un tas de questions existentielles et futiles à la fois.


juliette tsunami : ça c’est la recherche des nostalgiques de secret story 5. Pour ma part, il m’arrive assez souvent de parler de tsunami pour la bonne et simple raison que c’est le genre de truc qui m’a vraiment choquée (cf Indonésie, Japon, …) au point que c’est un de mes cauchemars récurrent (je me promène sur une plage paradisiaque ou alors je regarde à la fenêtre de mon hôtel et là y’a une méga vague qui déboule. Je sens l’eau froide qui m’avale et puis je meurs).


assistante sociale consulaire : je me souvenais même pas que je t’en avais parlé ! Autant j’aime bien râler et pleurnicher ici quand les administrations me poussent à bouts, autant je dois avouer que les 2 assistantes sociales du consulat de France à Casablanca sont vraiment très très bien : gentilles, humaines, compréhensives, bien quoi .


blog couple franco marocain : ce serait plutôt réducteur de n’écrire que sur le fait que mon couple est international non ?


blog de meilleure amie : je sais pas trop si j’ai une meilleure amie. D’ailleurs je pense que c’est un concept qu’il faut oublier passer l’époque du lycée.


blog ouarzazate : je suis allée une fois à Ouarzazate et j’ai pô aimé ; tu me fais me jeter des pierres si tu veux.


crise du quart de siècle : ça c’est la définition de ma 25e année.


ferme ta guiffe : ça c’est le langage châtié des gens de ma région, même si le terme « guiffe » n’est pas utilisé à Dunkerque mais plutôt vers Lille (et pour ton info : je ne suis PAS chti !)


juliette gloaguen : ça c’est des gens qui se font tellement chié qu’ils cherchent tout et n’importe quoi.


maquillage beau goss : les 3 mots parlent d’eux-mêmes ; je pense que la personne qui a fait cette recherche se demander comment bien passer à l’image pour son passage à Confessions Intimes.


maquillage mariage marocain : J’ai pas eu de mariage au Maroc, et mon maquillage lors de la fête en France était bidon. Un jour, quand j’aurais tout digéré, je te parlerai de mon « mariage ».


mysanthropie : « Misanthrope » c’est ce que je suis parfois, et aussi le titre d’une pièce que j’aime beaucoup.


o censure : ça c’est pour le côté militant je crois.


pas de toilette à la campagne marocaine : ça c’est un épisode de ma vie que tu pourrais vendre à TF1 pour tourner le téléfilm de l’été. Ça ferait un carton, pensez-y.


pierre louÿs : c’était pour cet article- là.


taxi moulay idriss volubilis : bein tout est dit. Quand tu veux aller à Volubilis, tu dois prendre le taxi à Moulay Idriss. C’est pas compliqué, il faut juste s’armer de patience.

 

Sinon, parfois, en regardant la ville d’origine de certains visiteurs, mon âme de fouine devine qui se cache derrière son écran pour venir lire mes états d’âme… Alors sachez-le : Big Brother is Watching You Guys…

 

 

23/07/2012

Tada Kimi Wo Aishiteru / Heavenly Forest

tada.jpgL'histoire: Makoto entre à l'université, mais le jour de la crémonie d'accueil, il préfère se faire la malle plutôtr que d'assister aux discours pompeux. En quittant la fac il rencontre Shizuru au bord de la route. Shizuru est une jeune fille atypique, toute petite, toute maigrichonne et débraillée.

Cette dernière qui n'a pas sa langue dans sa poche décide de suivre Makoto qui l'emmène dans une petite forêt cachée aux allures d'Eden où il s'adonne à sa grande passion: la photographie. Au fil du temps, Makoto transmettra sa passion à Shizuru dont l'amour pour le jeune homme n'aura de cessse de grandir, et ce malgré Miyuki, la belle étudiante pour laquelle Makoto craque.


heavv18_pst.jpg


Alors que Shizuru choisit de culktiver son amitié avec Makoto à défaut de ne pouvoir remplacer Miyuki, cette dernière disparait subitement sans ne laisser aucun indice.

2 ans plus tard, Makoto reçoit une lettre de Shizuru qui lui propose de venir la voir à New-York...


Mon avis: Voilà exactement le genre de film qu'on ne purrait JAMAIS voir en France, à défaut de le voir se faire lyncher par la critique. Et oui, en France, on n'aime pas les bons sentiments, les histoires simples et fraîches, qui font pleurer, sourire, et re-pleurer. J'ai juste ADORé ce film: c'était beau, souvent mignon, parfois poétique, assez triste, mais au final plein d'espoir.J'ai trouvé les acteurs convaincants et l'histoire bien ficellée, si bien que je ne me suis ennuyée à aucun moment.

Cela fait quelques mois que je me suis mise aux "drama" japonais, et ce bien plus pour m'exercer à entendre la langue que par intéret pour le intrigues. Et bien figurez-vous mes petits chats que les "J-Drama" comme on les appelle peuvent s'avérer TRES sympas et assez différents de ce qu'on est habitué à voir en France. Alors, je vous l'accorde, ce n'est pas du grand cinéma, mais c'et très divertissant, et surtout, j'aime beaucoup le côté très poétique avec lequel ils traitent de l'amour. Tu peux le dire: "c'est niais". Oui c'est vrai... parfois un peu... Parfois un peu beaucoup... Mais sérieux, ça fait du bien parfois, de se laisser aller à un peu de sentimentalisme romantico-poétique... Juste histoire de se souvenir le temps d'un film que c'est bon et doux d'être amoureux de l'amour...

00:16 Publié dans Films. | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : jdrama, japon, amour, larmes