Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

19/03/2013

Le Monde Merveilleux d'Oz.

le-monde-fantastique-oz-affiche.jpgL'histoire: Le professeur OZ est un pseudo-magicien qui peine à attirer la foule lors de ses représentations. Enjôleur et beau-parleur, il embobine toutes les femmes qau'il croise. Oz n'est interressé que par la gloire et l'argent et n'a aucun ami. Seul entourage: son assistant. Un jour, après avoir fait du charme à la petite amie de "l'homme fort" du cirque, il prends la fuite à bord d'une mongolfière afin d'échapper à ce dernier. Tout fier d'avoir échappé au massacre, il déchante vite lorsque sa mongolfière est prise dans une tornade. Après avoir imploré le pardon, il atterrit dans un monde étrange. Il y rencontre une gentille sorcière qui affirme qu'il est le Grand Magicien annoncé par une prophétie et que tous l'attendaient pour sauver le monde de la méchante sorcière.



Mon avis: Franchement, j'attendais BEAUCOUP de ce film car je fais partie de ceux pour qui "Le Magicien d'Oz" (avec Judy Garland et en V.O siteuplé) est un véritable film culte. Et comme souvent quand j'attends beaucoup d'une chose... j'ai été déçue.

Alors oui le film mod_article30825126_5.jpgreprends les grands codes du "Magicien d'Oz" à savoir: le début en noir et blanc avec les vieux décors de studio, l'arrivée de la couleur avec celle dans le pays d'oz, le look et les particularités des sorcières super bien respéctés, les décors identiques, les costumes aussi, et bien sur la valeur hautement initiatique de toute l'aventure pour chacun des personnages.

MAIS, c'était looonng... et même carrément chiant parfois. Les couleurs sont belles, et ça doit vraiment être beau en 3D mais pour ma part j'ai été très dérangée par le côté hyper artificiel et surjoué (notament quand oz débarque de sa mongolfière et rencontre la sorcière Théodora). Peut-être que l'effet hyper factice est voulu dans le but de coller au style du "Magicien d'Oz" mais bon... Ce qui est touchant dans un film datant de 1939, est plutôt lourd et raseoir dans une production de 2013.

J'imagine que les enfants ont dù adorer le film, mais j'ai du mal à croire que les adultes aimeront... Ce qui m'a uniquement plu c'est de pouvoir faire le lien avec "Le Magicien d'Oz" et de chercher les petits détails s'y rapportant.

Alors vas-y si tu veux faire plaisir à tes enfants, sinon garde tes sous et attends un box-office plus attrayant.


¤¤¤¤¤¤¤

 

Et sinon, où ki zétaient leqs souliers de rubis de la Sorcière de l'Est hein???????!!!!

souliers-rouges-magicien-oz.jpg

22:48 Publié dans Films. | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : cinéma, oz, navet

19/02/2013

Django Unchained.

Affiche-DJANGO.jpgL'histoire: 2 ans avnat la guerre de Sécéssion, un chasseur de prime Allemand, le Dr King Schultz, sillone les USA et traque sans relâche les têtes mises à prix. Un soir, il intercepte un convoi d'esclaves et rachète Django. Si le Dr Schultz choisit Django c'est parce qu'il sait que ce dernier connait le visage de frères dont les têtes pourraient rapporter beaucoup d'argent. Le deal: si Django aide Schultz à capturer les frères Brittle, alors il obtiendra sa liberté. Seulement Django n'a en tête qu'une seule chose: retrouver sa femme dont il a été séparé après avoir tenté de s'échapper.

Schultz, touché par l'histoire de Django avec lequel il entretient peu à peu une amitié, décide de l'aider à retrouver Broomhilda. C'est de cette façon qu'ils se retrouvent à Candieland, le domaine d'un esclavagiste psychopathe fasciné par la violence.

 

Mon avis: Comme d'hab', Tarentino déchire TOUT! Il est vrai que certaines scènes sont choquantes: des têtes qui explosent, des yeux crevés, des esclaves Noirs qui s'entretuent... mais le film ne se réduit pas à cela. C'est une incroyable histoire de vengeance, d'amitié, d'amour... Il y a eu une polémique aux USA en raison du fait que le mot "nègre" soit employé dans le film...  (Spike Lee qui ne trouve rien de mieux de dire aux gens de ne pas aller voir le film alors que lui même ne l'a pas vu...) C'est vrai que le langage raciste et cru utilisé est choquant, mais au final, il ne fait que refléter l'éat d'esprit des personnages.

J'ai aussi adoré le soucis esthétique du film avec de superbes plans du sud-ouest américain. Une autre (belle) claque du film: le jeu d'acteur incroyable! Je n'ai pas l'impression qu'il y ait eu une seule fausse note: mention spéciale à Samuel Lee Jackson qu'on adore détester!

django-unchained-affiche7.jpg

Dès les premières secondes du film ont est transporté dans le monde un peu kitch de Tarentino: les couleurs, la musique, la gestuelle des personnages. Alors oui, c'est parfois un peu too much, mais au final, c'est ce que moi j'adore dans les films de Tarentino.

C'est beau, c'est dur, ça claque, c'est drôle, c'est fort: Vas-y Fonce le voir!

23/07/2012

Tada Kimi Wo Aishiteru / Heavenly Forest

tada.jpgL'histoire: Makoto entre à l'université, mais le jour de la crémonie d'accueil, il préfère se faire la malle plutôtr que d'assister aux discours pompeux. En quittant la fac il rencontre Shizuru au bord de la route. Shizuru est une jeune fille atypique, toute petite, toute maigrichonne et débraillée.

Cette dernière qui n'a pas sa langue dans sa poche décide de suivre Makoto qui l'emmène dans une petite forêt cachée aux allures d'Eden où il s'adonne à sa grande passion: la photographie. Au fil du temps, Makoto transmettra sa passion à Shizuru dont l'amour pour le jeune homme n'aura de cessse de grandir, et ce malgré Miyuki, la belle étudiante pour laquelle Makoto craque.


heavv18_pst.jpg


Alors que Shizuru choisit de culktiver son amitié avec Makoto à défaut de ne pouvoir remplacer Miyuki, cette dernière disparait subitement sans ne laisser aucun indice.

2 ans plus tard, Makoto reçoit une lettre de Shizuru qui lui propose de venir la voir à New-York...


Mon avis: Voilà exactement le genre de film qu'on ne purrait JAMAIS voir en France, à défaut de le voir se faire lyncher par la critique. Et oui, en France, on n'aime pas les bons sentiments, les histoires simples et fraîches, qui font pleurer, sourire, et re-pleurer. J'ai juste ADORé ce film: c'était beau, souvent mignon, parfois poétique, assez triste, mais au final plein d'espoir.J'ai trouvé les acteurs convaincants et l'histoire bien ficellée, si bien que je ne me suis ennuyée à aucun moment.

Cela fait quelques mois que je me suis mise aux "drama" japonais, et ce bien plus pour m'exercer à entendre la langue que par intéret pour le intrigues. Et bien figurez-vous mes petits chats que les "J-Drama" comme on les appelle peuvent s'avérer TRES sympas et assez différents de ce qu'on est habitué à voir en France. Alors, je vous l'accorde, ce n'est pas du grand cinéma, mais c'et très divertissant, et surtout, j'aime beaucoup le côté très poétique avec lequel ils traitent de l'amour. Tu peux le dire: "c'est niais". Oui c'est vrai... parfois un peu... Parfois un peu beaucoup... Mais sérieux, ça fait du bien parfois, de se laisser aller à un peu de sentimentalisme romantico-poétique... Juste histoire de se souvenir le temps d'un film que c'est bon et doux d'être amoureux de l'amour...

00:16 Publié dans Films. | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : jdrama, japon, amour, larmes