Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

20/12/2008

Kafka… ou peut-être Ubu*…

Trouvez-vous absurde que lorsqu’on demande une prolongation de visa d’une durée de 2 mois, cette dernière n’a toujours pas été effectuée à la veille de votre départ ???

Si je ne m’abuse, le principe de la prolongation c’est d’accorder le droit de rester légalement sur un territoire étranger… Sauf que moi j’ai passé la durée de la supposée prolongation dans des conditions à moitiés illégales. « A moitiés » pasque j’avais fais la demande en bonne et due forme (voir l’article « J’ai des problèmes avec la justice »).

 

Ensuite, trouvez-vous singulier le fait qu’un chauffeur de bus s’arrête en plein milieu de la route pasqu’il a vu « Saïd » ? Bien entendu, ledit chauffeur arrête le bus, ouvre les portes, descends du bus et salue chaleureusement Saïd pendant plusieurs minutes.

Et quoi de plus normal quand le même chauffeur, sur le même trajet, arrête ensuite le bus pour pouvoir acheter son pain. Pain qu’au final il n’achètera pas puisqu’il ne correspond pas aux désirs du chauffeur (en l’occurrence des petits pains ronds, mais pas de taille moyenne, des petits petits, vous savez, comme pour faire bien quand on reçoit des gens à manger).

A tous ceux qui diront : « Ouééééé, mais tu vois, c’est comme ça au Maroc, on est détendu, arrête d’être pressée pauvre petite occidentale » je répondrai :

1- C’est le transport public, donc le type est en service, rien à foutre de Saïd et du pain qu’il doit ramener pour sa femme.

2- Au Maroc, les gens ont aussi conscience du temps, ils ont aussi des trucs à faire, donc le culturalisme à deux balles vous pouvez vous le carrer bien profond le garder.

3- Je vous emmerde, c’est mon blog !

 

 

* je crois avoir fait une faute d’orthographe.

07/12/2008

J’ai vu les condamnés…

Aujourd’hui, dimanche 7 décembre 2008, j’ai vu les 2 moutons condamnés à finir en brochettes et dans le couscous de ma chère belle-maman Yacouts…

Ils ne le savent pas encore mais mardi ce sera vraiment leur fête !

 

Quand même, je ne remets pas en question la pratique de l’aid el haouli (el adha ou el kbir comme vous voulez) mais j’appréhende le mardi matin… entendre le cri agonissant des petits (et grands) moutons du voisinage qui se feront trancher la gorge vite fait bien fait.

Et la psychose ne fait qu’augmenter lorsque j’assiste à l’affûtage des couteaux au souk…

Pour une fois, on peut vraiment dire que je ne suis qu’une pauvre petite Française qui n’a jamais rien vu…

20/11/2008

Je n’suis paaaaaaas Ma-rocaine !

Mais ce n’est définitivement pas ce que les gens se disent de moi au premier abord. Résultat, dès que j’ouvre la bouche et que je parle français on me prend d’abord pour une petite bourgeoise snob qui refuse de parler arabe, avant de s’imaginer que je puisse être Française (et non arabophone).

Oui, c’est un handicap, parce que cela me vaut d’être mal considérée par les gens, qui de ce fait, me parle comme à un chien… Alors que moi, mesquina, je ne rêve que de ça, d’avoir des grandes conversations en arabe avec monsieur et madame tout le monde … Des conversations à n’en plus finir, jusqu’à en soùler mon voisin dans le bus, ma coiffeuse, ou encore les chauffeurs de taxi.

Bande de gros malins, vous me direz : « Ba t’as qu’à apprendre l’arabe ». Plus facile à dire, qu’à faire ! Un, les cours ça coûte cher, et deux, apprendre sur le tas c’est ce que je fais et c’est pas évident, surtout qu’au Maroc, on parle vite et puis c’est pas de l’arabe standard.

Bon, c’est vrai que je me débrouille un minimum ; assez pour les trucs de base et aussi pour me défendre si jamais on voulait casser la tête… (Genre des trucs pas clâsses du tout !). Mais pas assez pour faire croire que je suis bilingue.

Je me plains, mais imaginez que dès que vous ouvrez la bouche, que ce soit en étant au téléphone ou en vous adressant à une vendeuse ou autre, les gens vous fixent jusqu’à vous transpercer ou encore que leur tête fasse des tours à 180 ° afin de voir qui OSE parler français avec cette tête de Marocaine.

BA C’EST MOI !!

Après « Je suis Noir et je n’aime pas le manioc » voici «J e suis bronzée, et je ne parle pas Arabe ».