Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

19/02/2013

Django Unchained.

Affiche-DJANGO.jpgL'histoire: 2 ans avnat la guerre de Sécéssion, un chasseur de prime Allemand, le Dr King Schultz, sillone les USA et traque sans relâche les têtes mises à prix. Un soir, il intercepte un convoi d'esclaves et rachète Django. Si le Dr Schultz choisit Django c'est parce qu'il sait que ce dernier connait le visage de frères dont les têtes pourraient rapporter beaucoup d'argent. Le deal: si Django aide Schultz à capturer les frères Brittle, alors il obtiendra sa liberté. Seulement Django n'a en tête qu'une seule chose: retrouver sa femme dont il a été séparé après avoir tenté de s'échapper.

Schultz, touché par l'histoire de Django avec lequel il entretient peu à peu une amitié, décide de l'aider à retrouver Broomhilda. C'est de cette façon qu'ils se retrouvent à Candieland, le domaine d'un esclavagiste psychopathe fasciné par la violence.

 

Mon avis: Comme d'hab', Tarentino déchire TOUT! Il est vrai que certaines scènes sont choquantes: des têtes qui explosent, des yeux crevés, des esclaves Noirs qui s'entretuent... mais le film ne se réduit pas à cela. C'est une incroyable histoire de vengeance, d'amitié, d'amour... Il y a eu une polémique aux USA en raison du fait que le mot "nègre" soit employé dans le film...  (Spike Lee qui ne trouve rien de mieux de dire aux gens de ne pas aller voir le film alors que lui même ne l'a pas vu...) C'est vrai que le langage raciste et cru utilisé est choquant, mais au final, il ne fait que refléter l'éat d'esprit des personnages.

J'ai aussi adoré le soucis esthétique du film avec de superbes plans du sud-ouest américain. Une autre (belle) claque du film: le jeu d'acteur incroyable! Je n'ai pas l'impression qu'il y ait eu une seule fausse note: mention spéciale à Samuel Lee Jackson qu'on adore détester!

django-unchained-affiche7.jpg

Dès les premières secondes du film ont est transporté dans le monde un peu kitch de Tarentino: les couleurs, la musique, la gestuelle des personnages. Alors oui, c'est parfois un peu too much, mais au final, c'est ce que moi j'adore dans les films de Tarentino.

C'est beau, c'est dur, ça claque, c'est drôle, c'est fort: Vas-y Fonce le voir!

Les commentaires sont fermés.