Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

23/07/2011

"Il est des gens trop méprisables pour être odieux : le mépris public les sauve de la haine."

Citation de Goswin Joseph Augustin ; Pensées, maximes et réflexions - 1855.

Tu te souviens de cette femme de ménage qui faisait tout sauf le ménage l'an dernier dans le centre où j'étais directrice? Celle qui ne me trouvais "pas sympa". Et bien figure-toi que j'ai appris aujourd'hui que ma chère et tendre "C" ADORE me tailler un costard auprès de celle qui me remplace... (autant te dire que metant du 48 le costard il est bien large).

 

Qu'elle me crache dessus ça je m'en serais doutée... Vois-tu, je suis issue d'une ville ô combien défavorisée, tant socialement, qu'économiquement, qu'intellectuellement. Il est donc normal que cette grognasse à l'existnece pôvre prenne le temps de me critiquer auprès de cette nouvelle directrice.

 

Le truc qui m'irrite en revanche, c'est le fait que cette petite peronnelle de directrice stagaire s'amuse à diffuser ces mauvaises paroles me concernant auprès de son équipe d'animation, et plus particulièrement auprès de celles qui intègreront MON équipe dans 1 semaine...

"Nan, mais apparamant, Juliette c'est PAS une bonne directrice..."

 

 

TFOU 3Alik Tiya Chaloutia!!!

 

(attention je vais être TRES arrogante)

Voyez-vous chers compatriotes saint-polois, je souffre de devoir vous souffrir, vous et vos existences pathétiques, votre pauvreté d'âme, votre inculture et votre bassesse.

Mon monde n'est pas le vôtre, et le pire c'est que vous n'êtes même pas en capacité de comprendre, d'apercevoir, ce dernier.

Quand je parle Nations unies, partenariats internationaux, ponts aériens, logistique et cadres logiques, Vous parlez allocations familliales, vous puez, vous meuglez, vous vous complaisez dans l'illusion que le monde se réduise au vôtre, à son système clientéliste, sous-développé et pathétique.

 

Je ne vous aime pas, je vous méprise et je m'évertue chaque jour à travailler pour m'éloigner de vous le plus possible ( même si nous sommes déjà définitivement dans 2 univers parralèles).

 

Ne me remercie pas, ça vient du fond du coeur.

 

Des fois j'aimerais vraiment pouvoir prendre les même médocs que ceux qu'ils donnent à Mémé à l'hôpital... Ceux qui te défoncent en 2 minutes chrono et qui lui font dire que non, elle ne peut pas imiter la perruche car il lui faudrait marcher sur un fil la tête en bas...

Les commentaires sont fermés.