Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

20/04/2010

Le Maroc, la campagne, mon utérus, et moi.

Quand je te parle de la campagne, ne t'imagine pas notre chère campagne française... Là, je vais te parler du "robi3a": la VRAIE campagne marocaine avec ses murs en torchis, ses bêbêtes et tuticuanti...

Je crois que je ne t'avais jamais raconté mes escapades dans ce robi3a... En réalité j'y suis déjà allée 3 fois: 3 fois de trop! J'avais juré de ne jamais remettre les pieds là-bas, mais ce fut sans compter le harcèlement de mon mari qui (avec sa grande g*****) ne se sentait pas capable de faire la route seul avec sa mère et ses neveux... Ba oui, Madame devait faire acte de présence et occuper la place à côté de lui... D'ailleurs, je ne cautionnais pas du tout ce voyage et les raisons pour lesquelles il était fait... Mais ça c'est une autre histoire hein...

Pourquoi je n'aime pas la campagne marocaine? Et bien je pourrais t'en écrire un livre. La véritté c'est que ce que je n'aime pas ce sont les conditons de vie. Je suis une pure citadine, et il y a certaine limites que je ne peux pas dépasser (malgré une certaine capaicté d'adaptation). Les gens là-bas sont franchement adorables, mais honnêtement, aller chez eux c'est pour moi pire que Koh-Lanta...

En vrac:

-y'a pas de toilettes: y'a un (petit) trou dans le sol et pas de porte dans le petit réduit qui sert de chiottes.

-Il n'y a AUCUNE intimité: tout ce que tu fais tu le fais devant les autres. Pas de salle d'eau, pas de chambre... Alors je te raconte pas la misère pour changeer de culotte et de soutif (et pour te laver les fesses!).

-là-bas je dois dormir à coté de ma belle-mère (!!) à même le sol avec toutes les autres femmes et les enfants. (trop funky-glamourus!!).

-Les gens passent leur temps à te faire manger. Du genre, des repas sans cohérence: tu commences à manger un tagine poulet/frites, et là BAM on t'enchaine avec du couscous!!

Donc voilà, en gros mon week-end était bien pourrave...

Psychologiquement: j'en ai ras le bol qu'on se préoccupe de mon utérus et du fait que je n'ai pas encore servit d'incubateur à la progéniture de Môsieur (oui, les enfants appartiennent à monsieur, toi, femme, tu n'as qu'à pondre des gosses à partir de la minute où tu es mariée... Tu peux aussi faire le ménage et la bouffe,et fermer ta guiffe). Certaines ont même essayer de marchander en me disant:"Juste un! juste un! allez!" Ô_ô

Physiquement: J'étais remplie de K-K jusqu'aux amygdales, à la limite de l'infection urinaire, j'ai attrappé la grippe, j'en pouvais plus de dormir avec l'odeur de l'écurie, mon corps commence à peine (après 72 heures) à digérer tout ce que j'ai ingurgité...

Si comme mon mari tu veux me faire culpabiliser en me disant: "mais enfin, tu es un AGENT DE DévELOPPEMENT, t'as pas honte?!" c'est raté car j'assume pleienment mon coté CITADINE à la vie à la mort!! J'aime mes toilette, ma salle de bain, mes crêmes en tout genre, mes sous-vêtement propres et tout le bazar de nénette!!

Pourquoi ai-je accepté de partir quand même? J'ai cédé à la pression conjugale... Mais en bonne stratège que je suis, je me dis que cette fois-ci j'ai un avantage certain pour l'avenir: MOUHAHAHAHAHA!!!!

Ce week-end infernal me servira de moyen de pression imparable lors des futurs litiges conjugaux!

Oui, je suis diabolique...

Commentaires

Oserais-je dire que tu es une sainte ^^ ! Non, je connais un peu ce milieu et quand ils ont ton utérus en vue..... Ils le lâchent plus :) !

Écrit par : Océane | 27/04/2010

lol! Effectivement c'est ce que j'ai cru comprendre! Mais à la longue ça devient pénible quand même...

Écrit par : Juliette | 28/04/2010

Les commentaires sont fermés.