Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

01/11/2009

Le complexe du commentaire.

Ça fait un moment que je me promène sur la blogosphère, et je ne t’apprendrais rien si je te dis qu’on y trouve vraiment de tout !!

Du blog de dépressif, au billet d’humeur hebdomadaire, en passant par le blog du facho, j’en passe et des meilleurs…


 

Il y a plusieurs blogs que je suis tous les jours (t’as qu’à jeter un coup d’œil à la colonne de gauche), et parfois, j’aime aussi me promener au hasard afin de découvrir de nouvelles perles rares.

 

Faut bien dire, que la nouvelle (et bien triste) mode c’est quand même le blog de facho. A croire que la nouvelle mode, c’est de déverser sur le net toute la rage qu’inspire cette nouvelle ( ? ) mode de critiquer l’islam, le voile, les immgrés, les juifs et tous ceux qui ne voteraient pas à l’extrême droite… (le sujet qui arrive en tête du top 50 c’est quand même la burqa) ((oouuuhhhhh la buuuuurqaaaaaa : ça fait peur hein ?!))

 


Mas bon, quand même y’a pas que ça ! Y’a aussi les blogs de futures mamans, les blogs de voyages, humoristiques, et pis les blogs des gens normaux qui racontent leurs vies, sans prétention.

 

 

Alors tu vois, au début j’étais comme complexée de lâcher des petits commentaires sur les blogs que je lisais.

 

 

Et pourquoi donc ?

 

 

- peur des commentaires désobligeant en retour

- blasée par le commentaire bien ficelé qui cherchera à avoir le dernier mot, même si c’est pour balancer une petite pique hors sujet

- crainte de faire un commentaire insignifiant

- crainte de ramener ma fraise sur un blog « privé »

 

 

Pasque le blog est public, étant donné qu’il est sur le net, mais regarde bien, souvent, ce sont les même personnes qui commentent tel ou tel blog.

(Bon, c’est vrai que je n’ai pas beaucoup de commentaires mais, moi non plus, je n’échappe pas vraiment à la règle).

 

 

Comme quoi, tu crées un blog pour t’exprimer librement, de manière quasi-incognito (pour ma part c’est raté car il s’agit ici d’un blog destiné à donner de mes nouvelles ceux de l’autre côté de la Méditerranée ; sauf que ceux qui sont du même côté que moi n’en connaissent pas l’existence), et tu angoisses à l’idée d’être découverte.

 


Nous nous créerions donc une identité virtuelle… ?

 

 

Bon allez j’arrête là sinon ça va me donner mal à la tête.


 

Sinon, je me suis décomplexée hein… Mais pas pour tout : les blogs de fachos ce sera pour plus tard.

Les commentaires sont fermés.